Malgré son petit manille de s’écarter un peu de tous, Emmanuel Macron n’en oublie pas pour autant son pouvoir de séduction. Dans son ouvrage « Président cambrioleur », sortie le 25 novembre dernier, la journaliste Corinne Lhaïk évoque bon nombre des secrets du chef d’État. À l’exemple de ce fameux SMS que le mari de Brigitte Macron aurait envoyé à Jean-François Copé.

Emmanuel Macron, un fin séducteur


Effectivement, Emmanuel Macron a sa façon bien à lui de séduire. Dans son ouvrage Président cambrioleur (Éd. Fayard), la journaliste Corinne Lhaïk montre comment fonctionne le chef d’État. D’après l’auteur Macron est un fin stratège et un habile calculateur, il se sert de ces caractères pour séduire ses adversaires.

« Je ne dis pas qu’il n’a pas d’affect, il a des affects, mais ils sont limités. Dans sa relation avec les gens, il en met très peu de sa personne, mais il revendique l’affect des autres. Ainsi il déclenche des sentiments quasiment amoureux chez les autres », dévoile Corinne Lhaïk, le 2 décembre dernier, au micro d’Europe 1. Mais parfois, il utilise tout simplement de mots doux, comme avec Jean-François Copé.

Dans « Président cambrioleur », la journaliste souligne de surprenantes anecdotes. Vraisemblablement, Emmanuel Macron aurait envoyé un SMS pour le moins bizarre à l’ancien président de l’UMP.

« Tu me manques », avait-il écrit. Un message envoyé après que Jean-François Copé ait félicité le chef d’État suite au sommet du G7. À première vue, le président sait comment s’y prendre.

Philippe de Villiers est aussi dans le filet


Vraisemblablement, Jean-François Copé n’est pas le seul à avoir payé les frais avec ce genre de messages. Effectivement, Emmanuel Macron s’est même mis à séduire Philippe de Villiers. Un geste qui a vraiment semé le doute dans l’opinion publique.

« Ce qui nous sépare est beaucoup moins fort que ce qui nous lie », déclare le président à l’ancien député européen. Pourtant ce dernier était un conseiller de Marine Le Pen durant la campagne présidentielle de 2017.

Peu importe la situation, Philippe de Villiers est totalement séduit par l’homme politique « qui pratique les politesses françaises ». « Quand il est avec vous, il ne donne à aucun moment le sentiment de penser à d’autre chose », confie-t-il dans l’ouvrage « Président cambrioleur ». Une politesse qui est devenue « machinale » d’après Corinne Lhaïk. Cependant, elle confirme qu’Emmanuel Macron « se veut être équidistant de tout » et « déteste les conflits. »