C’est presque une génoise, mais … en meilleur !

Après avoir abandonné de façon définitive et irrévocable les tentatives de roulés, j’ai quand même tenté le coup avec celle-ci. Il est vrai que les précédentes tentatives étaient cauchemardesques : trop sec, trop mou, trop plat, trop sucré, pas bon, moche, déchire facilement. Bref, longtemps j’ai cru qu’il existait un destin du roulé, c’est écrit donc quoi que tu fasses, ça rate. Mais c’est FAUX ! Il me manquait juste LA bonne recette. Et je l’ai trouvée, par hasard, mais je l’ai trouvée quand même.

Cette recette est la recette de base. Délicieuse, même sans aucun fourrage. Pour les gourmands, il est tout à fait possible d’y mettre une couche de pâte à tartiner, de caramel liquide, de confiture, ou de compote. Mais j’ai déjà de grands projets pour ce gâteau, dont je te parlerai plus tard (plus tard dans l’année, pas aujourd’hui …).

La texture est incroyable : il est ferme et fondant à la fois, compact et mousseux. Donc nature il est déjà incroyable, mais imagine avec …. ah non, j’ai dit que j’en parlerai plus tard ! C’est un gâteau réconfortant sans pour autant être un suicide calorique, donc à essayer d’urgence.

J’ai tellement aimé ce gâteau, que j’ai pris le temps de lui faire une petite déco spéciale : une petite rose en pâte à sucre (avalée illico par une des trois gourmandes de la maison).

Ne te laisse pas effrayer par la longueur de la recette. Il y a en réalité peu d’étapes, mais j’ai pris la peine de donner beaucoup de détails (superflus parfois), je veux être sûre que tu réussisses ton roulé (et aussi, je suis une pipelette !).

Voilà, maintenant, à toi de jouer et de te régaler…

Roulé suisse

(recette de base)

Recette pour 1 roulé de 8 parts