Alessandra Sublet est l’animatrice phare de la chaine TF1. Elle est mère de deux enfants nés de son mariage avec Clément Miserez. Deux beaux garçons prénommés Charlie et Alphonse. Le couple était marié pendant six ans. Mais leur mariage s’est soldé par un divorce. Le couple s’est fait prendre dans un tourbillon de routine qui a causé leur séparation. Une rupture qui a déjà duré un an. Fort heureusement, les parents de Charlie et d’Alphonse sont restés de bons amis.

La vie amoureuse d’Alessandra après son divorce


Effectivement, depuis son divorce, Alessandra Sublet a refait sa vie. En effet, depuis peu de temps, l’animatrice est en couple avec un jeune homme du nom de Jordan Deguen. Malgré son âge, l’animatrice sort avec un homme de treize ans son cadet. Dernièrement, la jeune mère a partagé un cliché d’elle en compagnie de son nouvel amoureux. Et à la grande surprise de tous, elle a dissimulé la tête de ce dernier avec un grand cœur. Un geste qui laisse peu d’imagination à leur amourette.

Jordan Deguen est un homme d’affaires très occupé. En effet, il manage à la fois une galerie d’art et une société de distribution dans la capitale. À vrai dire, c’est le magazine Public qui a divulgué l’idylle du couple. Il y a neuf mois, l’hebdomadaire a publié une photo des tourtereaux s’embrassant langoureusement dans les rues de la capitale.

Alessandra Sublet, trop proche de son ex-mari


Le nouveau compagnon d’Alessandra Sublet est âgé de 29 ans. Et effectivement, le jeune homme n’est pas le genre à être jaloux. Effectivement, il a permis à sa chère compagne de passer les deux mois de confinement avec Clément Miserez. Une décision prise afin qu’Alessandra Sublet passe plus de temps avec ses enfants. La petite famille avait aussi fêté Noël ensemble. Dans l’hebdomadaire people Closer, l’animatrice a confié : « Moi, je fais tout ce qui est travaux d’extérieurs, j’adore tondre, désherber… La cuisine, je n’y touche même pas ». Et à la question fatidique, est-il possible qu’ils remettent le couvert ? La réponse est tout aussi offensante. « C’est un peu le même principe, que d’être sur une île déserte, et il ne reste plus rien… Oui, mais Non ! », a-t-elle rajouté.