Brigitte Macron et son cher mari ont débuté l’année 2020 du mauvais pied. Il parait que la crise sanitaire a détruit en partie leur couple. De plus, les vacances des tourtereaux n’ont pas eu l’effet escompté. En effet, une fois de plus, Emmanuel Macron était monopolisé par ses responsabilités et surtout par la pandémie du coronavirus.

La crise sanitaire, une période difficile pour Brigitte Macron

Effectivement, Brigitte Macron avait du mal à vivre la crise sanitaire, plus précisément le confinement. La première dame avait déjà l’habitude de la visite de sa famille. Plus précisément, il s’agit de ses trois enfants, ainsi que ses sept petits-enfants. Ainsi à cause de l’éloignement avec ces derniers, elle a eu du mal à supporter le confinement. Une situation décrétée afin de maitriser la propagation du covid-19. D’après des proches de Brigitte Macron, elle aurait même failli tomber dans la dépression. Heureusement, les nouvelles technologies étaient présentes pour garder le contact via les appels vidéos. Chose qui a permis à l’épouse d’Emmanuel Macron d’être moins dans l’isolement.

De plus, Brigitte Macron était apeurée par le fait de perdre sa fille et son gendre qui est tous deux médecins. Ils travaillaient au sein d’un grand hôpital parisien donc en première ligne pour la lutte contre le coronavirus.

Les dégâts de la pandémie du coronavirus


Tout récemment, le neveu de la première dame est sorti de son silence. Ce fameux neveu s’agit de Jean-Alexandre Trogneux. Originaire d’Amiens, il a indiqué qu’il va bientôt poser le bilan. Vraisemblablement, la crise sanitaire a eu de graves conséquences sur les finances de son entreprise comme tout le monde.

Jean-Alexandre Trogneux possède une dizaine de chocolateries, ainsi, il a perdu 80 % de son chiffre d’affaires. Du coup, afin de sortir la tête de l’eau durant les Pâques, le commerçant a dû vendre ses chocolats sur internet. Malheureusement, cela n’a rien changé à sa situation et même qu’aujourd’hui cela s’est aggravé. Notant que Pâques est une période très importante pour les chocolatiers. Et bien que le gouvernement ait donné des aides, pour ce chocolatier, l’heure est déjà au dépôt des bilans.