Sylvie Vartan est coincée aux Etats – Unis et dans l’impossibilité de rendre visite à ses enfants en Europe.

Même confinés, le coronavirus continue de faire des victimes. Face à l’épidémie qui prend de l’ampleur, plusieurs Etats ont décidé de fermer leurs frontières ou au moins de réduire les départs et les arrivées, notamment des pays les plus atteints.

Or, le continent européen a connu, ces dernières semaines, une forte vague d’infection, poussant le président américain, Donald Trump, à annuler les vols en provenance de cette partie du globe. Une mesure qui a pris effet le vendredi 13 mars à minuit pour trente jours. Seul le Royaume – Uni a été épargné.

Sylvie Vartan, installée aux Etats-Unis où elle vit avec son mari Tony Scotti, n’a donc pas pu rejoindre la capitale française comme elle le souhaitait. La chanteuse de 75 ans devait rendre visite à sa fille Darina qui travaille à Paris, mais aussi à David Hallyday, qui se trouverait au Portugal.

« J’ai décidé de prendre des actions fortes mais nécessaires pour protéger la santé et le bien-être de tous les Américains (…) Pour empêcher de nouveaux cas de pénétrer dans notre pays, je vais suspendre tous les voyages en provenance d’Europe vers les Etats-Unis pour les trente prochains jours », indiquait Donald Trump lors d’un discours grave depuis le Bureau ovale.

La maman de David Hallyday n’est d’ailleurs pas la seule dans cette situation. Laeticia Hallyday, qui a récemment obtenu la nationalité américaine, n’a pas pu rejoindre son restaurateur Pascal Balland à Paris où elle devait, avec lui, célébrer son 45e anniversaire.

David Hallyday a 7 ans lorsque Sylvie Vartan décide de s’installer aux Etats-Unis. «Moi, je dois fuir la France pour protéger mon fils, notre intimité et notre paix », expliquait la première épouse de Johnny Hallyday qui espérait alors « préserver son fils de la médiatisation que son couple subit, à l’époque ».