On ignore où elle a choisi de se confiner. Cependant, l’ex-rappeuse a une bonne nouvelle pour ses fans.

« En cette période particulière, force est de constater que les gens lisent plus qu’avant. Merci pour tous vos retours, vos lectures et l’émotion que vous partagez avec moi », a posté Diam’s sur les réseaux sociaux, concernant ses livres qui, en cette période de confinement, se vendent rapidement.

La bonne nouvelle justement est que « pour tous ceux et celles qui me le demandent, vous pouvez trouver mes livres sur Amazon ou la Fnac, en tapant ‘‘Diam’s autobiographie’’ ou encore ‘‘Mélanie, française et musulmane’’, ils sont disponibles en format Kindle », fait savoir l’ancienne rappeuse à ses lecteurs.

Diam’s, autobiographie et Mélanie, française et musulmane ne sont pas des ouvrages édités récemment. Parus respectivement le 23 mai 2013 et le 21 mai 2015, Diam’s parle d’elle. Dans son deuxième livre, la chanteuse relate sa vie après son départ de la scène musicale.

Mélanie Georgiades revient sur « l’attitude de son entourage et de ses fans », ainsi que sur « son enfance et sa conversion à l’islam en 2008 ». A l’époque, l’œuvre avait grandement capté l’attention de ses fans. Tout comme son autobiographie parue en 2013, qui avait occupé la cinquième place des meilleures ventes, avec 78 000 exemplaires.

« Tout au long de cette autobiographie, j’avais l’impression d’entendre Diam’s dans ma tête. Surtout avec les extraits de chansons. Je m’étais arrêtée à la moitié du roman, j’avais un peu de mal à accrocher alors j’ai décidé de privilégier d’autres livres. En reprenant cette autobiographie, je ne m’attendais plus à rien. J’ai littéralement dévoré la dernière moitié. L’écriture est prenante, Mélanie nous parle de la religion et de sa remise en question », écrit un lecteur.

« S’il y a bien une chose que j’ai comprise, c’est que si tout le monde avait en tête le même objectif que Mélanie, » se lever tous les matins en essayant d’être meilleure que la veille « , le monde serait certainement aussi doux que ce bonheur qu’elle vit pleinement aujourd’hui»