Pendant le remaniement du gouvernement de Jean Castex, le nom d’Éric Dupond-Moretti a surpris un grand nombre de personnes. En effet, ces deniers ne valident pas cette nomination . Pour cause, au fil de sa carrière d’avocat, l’homme s’est fait une tonne d’ennemis.

Eric Dupond-Moretti, un homme de la loi ?


Actuellement, Le compagnon d’Isabelle Boulay vient encore de faire parler de lui. En effet, une loi relative à la transparence de la vie publique oblige les ministres en fonction de faire une déclaration de patrimoine. Ainsi, il est obligatoire pour chaque ministre de le faire une fois qu’ils ont pris leur poste. Mais avec son attitude, Éric Dupond-Moretti a refusé catégoriquement de faire le sien.

Il y a quelques jours, au micro d’Apolline de Malherbe de BFM, Éric Dupond-Moretti affirme qu’il ne veut pas déclarer son patrimoine ainsi que l’ensemble de ses revenus. Pendant son interview, il annonce :

« Je vais vous dire quelque chose de l’ordre de l’intime. Mes enfants ne savent pas ce que j’ai gagné, pour une raison simple, c’est que j’avais envie de leur donner le goût de l’effort et le goût du travail. Je ne voulais pas qu’ils se disent : “On est des fils de bourgeois et ça va”. Et voilà que tout cela va être dévoilé à la France entière et une partie de ceux qui vont aller là va y aller avec gourmandise. J’estime que c’est du ressort de ma vie privée. Je travaille, madame, depuis que j’ai 14 ans et demi, voyez-vous. Et il faut tout dire ».

« Je n’aime pas la transparence »


Puis, l’homme que l’on surnomme autrefois « Acquittator » poursuit en expliquant :

« Pourquoi n’envisagerait-on pas de publier le salaire de journalistes du service public ? Pourquoi pas de ceux qui ont des responsabilités à la Haute Autorité ? Voilà, je pense que c’est quelque chose de populiste. Alors j’ai dit très clairement que j’avais encore une liberté de pensée. Alors je vous le démontre, en même temps je me soumettrai aux obligations qui sont les miennes ».

« Je n’aime pas la transparence, je n’aime pas la transperscance (sic). Je pense que l’on vit dans une époque où l’on exige tout. D’où le secret et en particulier le secret professionnel devient suspect. Je n’aime pas l’air de la suspicion » conclue Éric Dupond-Moretti au micro de BFM.