Les cas de violence et même de meurtre sur les femmes se multiplient depuis des années. Du moins, les langues et les témoignages se délient de plus en plus. Néanmoins, les cas de violence conjugale sont une véritable plaie pour la société. Le cas de féminicide que nous allons vous raconter fait juste froid dans le dos.

Une femme porte plainte à la gendarmerie pour violence répétée

Le cas de féminicide qui nous intéresse ici s’est passé dans Le Mans. Comme dans presque tous les cas de violences sur les femmes, la situation est déplorable. En effet, elle a subi les pires sévices imaginables pour une femme. Pendant des années, son mari l’a rabaissée, humiliée et bien sûr, elle se faisait tabassée. Mais ce n’était pas le pire, il y a eu le moment où le mari a brulé ses parties intimes avec un briquet. Du reste, la femme affirme qu’il est resté longtemps à rigoler de la situation. L’homme de 41 ans a tout de suite été jugé à la chambre des comparutions directes suite au dépôt de plainte.

Une peine presque dérisoire suite à ce cas de violence sur une femme

Au terme de son jugement, l’homme a été jugé coupable de féminicide. De ce fait il a écopé d’une peine de prison de 10 mois ferme assortie d’un sursis probatoire de deux ans. Face à l’emprise et aux dégâts qu’a subis la femme, la peine est juste injuste. Néanmoins, cette dernière a avoué qu’elle ne souhaitait pas se séparer de son mari. « Je suis toujours amoureuse de lui malgré tout » indique-t-elle. Heureusement, la procureure a souligné la dangerosité de ce type de relation dans son réquisitoire. Selon ses dires, si la femme ne veut se soustraire à son mari, c’est la justice elle-même qui doit y mettre un terme.

Cette emprise qui complique tout en cas de féminicide

En tant que simple observateur de la situation, on pourrait trouver la situation impensable et illogique. En effet, qui voudrait rester avec un homme qui nous fait du mal autant physiquement que psychologiquement ? Néanmoins, c’est toujours le cas dans la plupart des cas de féminicide. En fait, toute cette situation est d’ordre psychologique. Et c’est plus compliqué qu’il n’y parait. En effet, les femmes sont toujours sous cette emprise de leur bourreau malgré l’atrocité de la situation. Oui, les hommes réussissent à leur faire croire qu’elles ne peuvent rien faire sans eux. Et à force, elles finissent par y croire. Quoiqu’il en soit, le plus dur pour ces femmes est de trouver la force de dire stop à toute cette violence dont elles sont victimes.