Sur France 2, Léa Salamé avait coanimé un nouvel épisode de « Quelle Époque » la semaine dernière. Pour ce nouveau rendez-vous, les téléspectateurs assistaient à la terrible confrontation entre Sonia Mabrouk et Elise Lucet. Durant la rencontre entre les deux femmes, Léa Salamé a eu du mal à tenir les tensions à distance. En effet, la journaliste vedette d’Europe 1 s’était mis en tête de revoir les méthodes d’Elise Lucet. Les habitués de la deuxième chaîne ont donc assisté à des échanges musclés.

Quelle Époque sur France 2 : un débat qui s’enflamme !

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le monde du journalisme a pris un terrible choc, surtout après cette confrontation musclée. Sonia Mabrouk, journaliste vedette d’Europe 1, et Elise Lucet ont été invitées dans l’émission Quelle Epoque animée par Léa Salamé sur France 2. Après les présentations lancées par l’animatrice, les tensions se sont vite fait ressentir sur le plateau de l’émission.

Pour cause, les deux personnages médiatiques ont eu des idées vraiment opposées. Les échanges ont vite pris une tournure inattendue, ce qui a vite fait réagir les internautes. Elise Lucet avait décidé de dire du mal de Vincent Bolloré. Malheureusement pour elle, ce dernier était le patron de la Sonia Mabrouk. Agacée par cette remarque qui était trop déplacée, la journaliste riposte alors.

Sonia Mabrouk accusée de « larbin de Bolloré » par les internautes !

Sur Twitter, les internautes ont été nombreux à réagir à cette pénible confrontation entre les deux femmes. Pour certains, Sonia Mabrouk avait très mal réagi à la remarquer de son interlocutrice, et s’était même fait appeler de « larbin de Bolloré ». Par la suite, les attaques ont fusé dans toutes les directions. Après la critique qu’elle avait reçue, la journaliste d’Europe 1 s’en était prise à Elise Lucet.

En effet, la journaliste émérite avait évoqué le récent divorce de cette dernière. Et bien évidemment, cette remarque n’a pas plu à cette dernière. C’est pour cette raison qu’Elise Lucet a fini par s’en prendre aux méthodes de travail de la journaliste. Par la suite, les internautes se sont aussi pris à elle, en évoquant le fait qu’elle ne pouvait pas critiquer les méthodes du service public.