S’il est une chose que René-Charles, Angélil a hérité de sa maman, Céline Dion, c’est l’amour des fringues, qu’il n’hésite d’ailleurs à les voler. Une crime de lèse-majesté. La diva québécoise a horreur de prêter ou encore moins donner ses affaires.

Et le magazine Public, repris par Paris Confidence, le confirmait d’ailleurs, en rappelant que les vêtements du jeune homme coûté une belle somme. Mais contrairement à sa mère, il a un style qui passe partout. Celui qui ne serait plus un cœur à prendre n’hésiterait pas « prendre » certaines chaussures de sports de mère, ce qui aurait le don d’irriter celle-ci.

« Car pour se payer le T-shirt Suprême ou la peine de sneakers de René-Charles, il va falloir casser votre livret A », indique la publication.
« Le haut, un simple morceau de coton, coûte plus de 1500 euros. Et les baskets, presque les triples ».

Céline Dion
Céline Dion

Celle qui est confinée avec sa petite tribu dans sa belle maison québécoise en cette période de crise sanitaire peut se targuer, en plus de ses milliers de fringues, « de posséder 10 000 paires de chaussures« .
La chanteuse de 52 ans avait ouvert son cœur à ce sujet.

« Je ne donne jamais mes affaires, car j’aime tout ce que j’ai, ça m’a porté jusqu’où je suis aujourd’hui », expliquait-elle à WWD. « Je garde tout et j’agrandis mes placards. Vous allez me prendre pour une folle, mais j’ai plus de 10 000 paires de chaussures ».