Le bacc représente effectivement l’examen officiel qui marque le début du passage à l’âge adulte. Pour devenir un universitaire, il faut effectivement disposer du bacc. Chaque année, de millions d’élèves se lance et tentent leur chance dans le but de passer à l’étape suivante de leur vie. Le mardi 21 mars dernier, les épreuves STMG du baccalauréat ont débuté à Lille. Parmi les candidats, un jeune garçon avait fait un malaise et était par la suite décédé quelques minutes plus tard. Alors qu’il n’avait pas encore commencé l’épreuve, le jeune Nadir perd tragiquement la vie.

Baccalauréat à Lille : un terrible drame s’était produit !

Nadir était un jeune garçon de 19 ans, qui avait pour espoir de réussir son bac cette année. Comme tous les autres jeunes de sa classe, Nadir s’était préparé pendant toute une année pour réussir cette épreuve. Malheureusement pour lui, Nadir n’aura même pas la chance de faire cet examen qui lui tenait tant à cœur.

Lors des épreuves STMG du baccalauréat à Lille, tenu le mardi 21 mars dernier, un terrible drame s’était effectivement produit. Le début des épreuves était prévu à 14 heures à cette date. Malheureusement, Nadir a eu un malaise 15 minutes plus tard. Depuis, le jeune garçon a donc été évacué de la salle d’examen. Mais 19 heures plus tard, Nadir avait perdu la vie. Suite à ce terrible drame, une enquête a donc été lancée.

Comment un tel drame a-t-il pu se produire ?

Grâce à cette enquête, des réponses ont enfin été dévoilées. Apparemment, le ministère de l’Éducation nationale voulait s’assurer s’il y avait eu un dysfonctionnement dans le système de surveillance du bac. Effectivement, les versions dévoilées par les témoins étaient complètement différentes de celle dévoilée par le rectorat. Par la suite, il était aussi important de découvrir la raison pour laquelle les secours ont mis trop de temps à intervenir.

Selon les témoins, Nadir aurait été laissé par terre pendant un long moment, avant qu’une réaction n’ait été aperçue. Un des élèves accuse même les huit adultes présents dans la salle d’avoir tardé à intervenir. Il est fort probable que ces derniers ont soupçonné une simulation, ce qui explique leur temps de réaction. Mais pour le moment, rien n’est encore sûr concernant ce point.