Depuis ces dix derniers jours, Loana est internée dans un hôpital psychiatrique. Effectivement, elle y est à cause de ses troubles bipolaires et n’a un contact extérieur que très rarement. Une source sure a fait des révélations à StarMag concernant la vie quotidienne de la star de Loft Story.

Une santé mentale totalement en déclin


Dernièrement, Loana a repris contact avec ses vieux démons. Effectivement, la star était absente des réseaux sociaux durant tout l’été. Pour son retour, la jeune femme avait posté un message assez inquiétant. Ainsi, elle informe ses fans qu’elle n’était « pas au top de sa forme ». Par la suite, la star avait partagé des clichés de son corps et de son visage boursouflés. Et selon les dires de Loana, ces blessures étaient l’œuvre de son ex-compagnon, Fred Cauvin. De graves accusations que l’homme en question avait démenties tout en reconnaissant avoir donné une gifle à son ex. Par la même occasion, il révèle la rechute de son ex-copine qui lui a valu un nouveau séjour en hôpital psychiatrique.

Après un passage à l’hôpital Bichat, c’est dans un établissement parisien que Loana a été pris en charge depuis une dizaine de jours. À son arrivée, elle était dans un état vraiment lamentable et n’avait reçu que très peu de soutien. Il n’y avait que son amie, Sylvie Ortéga Munos qui lui a rendu visite. Actuellement, deux infirmières sont à son chevet, jour et nuit. De plus, on lui a retiré son smartphone. Elle n’a pas de contact avec l’extérieur que via un téléphone fixe où les conversations sont « strictement encadrées ».

Loana dans un hôpital psychiatrique, un traitement herculéen


Effectivement, en ce moment, Loana est dans un état « fluctuant ». Vraisemblablement, elle est déjà capable d’avoir des conversations sensées puis subitement dire des propos totalement incohérents. La star est en plein sevrage et commence à être en manque. Et tout cela associé à un traitement très puissant, raison pour laquelle elle est si faible. De plus, son traitement pourrait avoir de graves effets secondaires, mais nécessaires pour soigner ses troubles bipolaires et schizophrènes. Et bien évidemment, Loana a été admis dans cet établissement sous la contrainte. Et pendant de nombreux jours, Loana a été « maintenue sur un lit à contentions pour éviter qu’elle ne s’inflige des blessures ».

Dernièrement, ces mesures ont été réduites à quelques heures par jour. Et d’après Sylvie Ortéga Munos, Loana est satisfait de son traitement et se sent en sécurité dans cet établissement. La seule chose qu’elle a besoin, aujourd’hui, c’est le temps afin de se remettre sur pieds.