Les Miss de quatre coins du pays s’activent fortement en ce moment. À l’approche du grand défilé, tout le monde se donne à fond pour avoir la chance de devenir « la plus belle femme de France ». Et pour représenter leur région, les jeunes femmes se sont présentées par centaines. Mais pour l’instant, une candidate a réussi l’exploit de se faire remarquer, bien avant la compétition. À ce qu’il parait, la prétendante au titre de Miss France 2023 serait mariée et aurait déjà eu un enfant.

Une édition très particulière !

Effectivement, les règles établies concernant Miss France étaient souvent critiquées par les fans. Et pourtant, les nouvelles règles se sont aussi décriées par ces derniers. Si ces nouvelles règles n’arrivent pas à faire l’unanimité auprès des amateurs, certaines candidates y trouvent pourtant leur compte. Et c’est effectivement le cas pour Victoire Rousselot. En effet, elle espère, enfin, participer à Miss France pour 2023. Depuis 1954, les règles concernant les conditions l’éligibilité au concours ont changés, pour la toute première fois.

Et pour ce remaniement, on a droit à un changement fondamental puisque les femmes ayant déjà un enfant pourront enfin concourir. L’huissier en charge du bon déroulement de l’élection, Maître Simonin, nous cite les conditions indispensables pour pouvoir se présenter à l’élection de Miss France 2023. Avant tout, les candidates doivent avoir une nationalité française et être de sexe féminin de naissance. Ces conditions sont évidentes, ce qui n’a jamais posé de problèmes. Ensuite viennent les conditions qui ne sont pas toutes comprises.

Miss France 2023 : cette année sera différente !

Outre ces deux premières conditions, les candidates à Miss France 2023 doivent aussi mesurer au moins 170 cm, question d’esthétique bien sûr. Ensuite, avoir des tatouages peut annuler toutes les chances de participer. Et pour finir, les candidates ne doivent pas aussi avoir eu recours à la chirurgie plastique. Cette dernière condition connaît une petite exception. Puis, les chirurgies réparatrices sont tolérées par les organisateurs du concours.

Et pour finir, les candidates à Miss France 2023 ne devraient pas encore être mariées ou même pacsées. Ainsi, les mères n’ont donc pas leur place dans la compétition. Et c’est cette dernière règle qui pose problème, puisque son utilité est souvent réfutée. Mais après un long combat mené en 2021, les femmes mariées, ainsi que les mères, ont enfin le droit de participer à la compétition de beauté. Victoire Rousselot sera donc la première épouse et maman à prétendre au titre de Miss France. Mais pour cela, elle devra déjà devenir Miss Alsace.