En participant aux 12 coups de midi sur TF1, Paul El Kharrat est devenu très célèbre. En effet, le jeune homme a tout de suite fait sensation auprès du public grâce à son savoir et ses victoires. Et depuis, Paul El Kharrat est devenu l’un des plus grands maîtres de midi qui se sont présentés devant Jean-Luc Reichmann. Et malgré son handicap, celui-ci a su garder le cap et montrer ce dont il a toujours été capable. Qu’est-il actuellement advenu de l’ancien chouchou de Jean-Luc Reichmann ?

Les 12 coups de midi : Paul El Kharrat, le champion incontesté !

Paul El Kharrat n’est plus le jeune homme que nous avons découvert sur le plateau des 12 coups de midi. Les téléspectateurs et Jean-Luc Reichmann ne risquent pas d’oublier le passage du jeune homme. Pour rappel, le jeune homme âgé de 19 ans à l’époque de sa participation reste à ce jour l’un des meilleurs joueurs de l’émission. Avec pas moins de 153 apparitions dans l’émission, le jeune autiste c’est seulement le 4e meilleur joueur avec plus de 700 000 euros de gains.

Devenu populaire pour cette grande victoire, il multiplie les apparitions dans la télé. Avec son autisme, il a pu montrer que la détermination peut arriver à tout vaincre. C’est une belle leçon de morale qu’il nous apprend. Malgré son trouble social, il arrive à se maitriser et se lance dans le jeu.

Un autisme qui n’a pas pu l’empêcher de briller !

Si l’atout majeur pour gagner aux 12 coups de midi reste la mémoire, Paul El Kharrat réussit à surclasser ses adversaires. En effet, doté d’une mémoire sans faille, le jeune homme se rappelle de chaque petit détail des informations qu’il reçoit. Mais tout n’a pas été facile pour le jeune homme. Si son état lui offre un sérieux avantage pour le jeu, elle lui complique toutefois les choses.

À cause de son autisme, Paul El Kharrat n’arrive pas à communiquer simplement avec les personnes de son entourage. Parfois, il avoue même avoir peur lorsqu’il doit parler avec quelqu’un. Mais il finit par vaincre sa timidité et s’assume peu à peu. « Il a eu ce courage d’aller contre toutes ses angoisses : les lumières, le public, les yeux fixés sur lui, le bruit, la musique… c’est autant d’agressions qui sont difficiles à supporter pour lui ». Explique sa mère dans le programme de TF1.