Lo z’avont dit, por fare ine boune fiounaïe, o faut’ :
dou laite,
dou suc,
dou z’us,
d’la cannelle.
O l’est pas plus compliqué qu’chu !
Bon, allez je vais vous traduire, sinon vous allez partir sans crier gare, en laissant la lumière allumée !
Dans tout le pays maraîchin du nord-ouest vendéen – Challans, Soullans, le Pays de Monts,… – on appelle fiounaïe les oeufs au lait.
Fiounaïe, ça veut dire flan, en patois maraîchin. On dit aussi fionnaïe, fionnée ; Notez au passage que le célèbre fion que l’on trouve sur tous les marchés locaux est justement garni d’une fiounaïe.
La fiounaïe, c’est le dessert traditionnel par excellence en Vendée, celui que l’on sert avec la brioche dans les fêtes de famille ou lors du repas dominical.
Cette recette est présentée, comme bien d’autres, sur les cartes postales vendues par l’Eco-Musée de la Bourrine du Bois Juquaud. Si vous ne la connaissez pas, je vous conseille vivement la visite de cette adorable et émouvante bourrine, symbole de l’habitation traditionnelle ancestrale du marais. Elle était habitée autrefois par une vieille dame, Amandine. Elle a été reprise il y a quelques années par la commune de Saint-Hilaire-de-Riez qui en a fait un éco-musée très intéressant.
INGRÉDIENTS
1 litre de lait cru (si vous pouvez prendre du lait cru, ce n’en sera que mieux)
8 oeufs
8 morceaux de sucre (j’ai utilisé du sucre roux…. parce que j’aime bien !)
1 bâton de cannelle
* Si vous aimez les préparations un peu sucrées, je vous conseille de rajouter 2 morceaux de sucre supplémentaires. J’ai respecté le dosage indiqué mais ça me paraît faible.
** Vous remarquerez qu’autrefois, les recettes étaient faites avec des morceaux de sucre, et non pas du sucre en poudre.
PRÉPARATION:
Faites bouillir le lait avec la cannelle et les morceaux de sucre.
Pendant ce temps, cassez les oeufs entiers et battez-les à la fourchette comme pour une omelette, mais pas trop longtemps non plus, ce n’est pas nécessaire de les faire mousser.
Versez le lait chaud petit à petit sur les oeufs, en fouettant régulièrement. Retirez bien sûr le bâton de cannelle.
Versez dans un plat (genre terrine à pâté profonde) et enfournez thermostat 7 pendant 45 minutes.
L’idéal est de le cuire au bain-marie pour éviter l’apparition d’eau au fond du plat en fin de cuisson.
Laissez refroidir avant de déguster.
La Bourrine du Bois Juquaud est un endroit merveilleux, j’y consacrerai ultérieurement un article plus complet.