Après la publication de son ouvrage « Président cambrioleur », Corinne Lhaïk était conviée sur TPMP ce mercredi 9 décembre dernier. Le livre parlait bien évidemment de notre président actuel Emmanuel Macron. En effet, Bernard Montiel n’a pas manqué de critiquer certains passages de cet ouvrage.

Corinne Lhaïk, un livre fortement critiqué


Vraisemblablement, en novembre dernier, Corinne Lhaïk publiait « Président cambrioleur ». Le résultat d’une investigation de plusieurs années sur le chef d’État Emmanuel Macron et sa femme Brigitte Macron. Effectivement, Bernard Montiel avait applaudi le travail de la journaliste de l’Express. Mais il n’est pas allé par quatre chemins pour critiquer ledit ouvrage. Pour se faire, le chroniqueur avait mis en avant quelques paradoxes sur le plateau de « Touche pas à mon poste ».

D’abord, il avait évoqué que voir le couple Macron pendant 1 h 30 pour les nécessités du livre était peu. Par la suite, Bernard Montiel a dévoilé qu’il y avait « des choses justes » mais aussi des choses qui ne collent pas. À l’exemple de l’anecdote concernait le président de la République et l’humoriste Jamel Debbouze. « J’ai été choqué, parce que je ne voyais pas cet artiste parler comme ça au chef d’État. Même pas au ministre qu’il était à l’époque », exprimait le chroniqueur. Vraisemblablement, cette rencontre aurait eu lieu en 2016 pendant un diner que Luc Besson a organisé. Pendant ce diner, l’humoriste aurait largué un propos virulent « écoute monsieur le ministre, tu vas fermer ta gueule ». Or sur le moment, Emmanuel Macron était en train de parler des banlieues « avec un discours formaté ».

Bernard Montiel monte sur ses grands chevaux pour défendre l’humoriste


Vraisemblablement, de son côté, Jamel Debbouze nie n’avoir jamais dit ses paroles auprès de Cyril Hanouna et de Bernard Montiel. Raison pour laquelle il tenait à se défendre.

« Ces propos m’ont été rapportés par une personne présente au diner. Un participant qui a vu la scène », confie Corinne Lhaïk. « Peut-être que Jamel a un grave problème de mémoire », ajoute la journaliste. Des propos qui étaient loin de plaire à Bernard Montiel.

« Alors, pardonnez-moi madame, je vous respecte certainement, mais j’ai appelé Jamel hier soir à 23 h. Il était très en colère, car il nie avoir dit ça. Il est toujours très respectueux », annonce le chroniqueur. De plus, il avoue aussi avoir appelé l’Élysée qui a aussi démenti ces propos.